Jean Laborde, l'homme de Mantasoa


JEAN LABORDE (1806 – 1878)
jean laborde Ce Gascon fils d’un forgeron et maître sellier d’Auch, avait ouvert un prospère atelier de mécanique en Inde quand un naufrage le jeta sur la côte orientale de Madagascar en 1831.
Présenté à Ranavalona Ier par un planteur français, M de Lastelle, il forgea les premiers canons, mousquetons et mortiers malgaches à la demande de la reine, gagnant ainsi sa confiance. Avec le Britannique James Cameron, il créa diverses industries et édifia un ensemble de constructions monumentales.

jean laborde Le tombeau de Jean Laborde à Mantasoa Laborde sut se gagner des amitiés à la cours et exercer un profond ascendant sur le prince héritier Rakoto. Expulsé avec l’armateur Lambert après la tentative de coup d’Etat de 1857, il revient à Madagascar en 1861 comme premier consul de France. Ranavalona II lui fit des funérailles fastueuses en 1878.
jean laborde

Le tombeau de Jean Laborde
jean laborde Jean Laborde mourut le 27 Décembre 1878 à l'âge de 73 ans. Ses funérailles furent traitées avec faste et selon les honneurs dus à son rang : un important cortège accompagna la dépouille jusqu'au tombeau sous les coups répétés des canons, pendant que l'orchestre royal jouait de la musique funèbre.
Son tombeau baptisé "Soamandrakizay" ou le bonheur éternel, il avait été construit et nommé ainsi par Jean Laborde lui-même.

jean laborde Après sa disparition, les ouvriers détruisirent en partie ses réalisations. Actuellement, on peut encore découvrir certaines parties de ce vaste ensemble. Le haut-fourneau et le four à cimenter sont encore visibles ainsi que les ruines des fours à poterie et à chaux, le bâtiment servant de fonderie y est toujours. A propos de la  résidence royale, helals! plus de souvenir. Par contre, sa maison a été reconstruite sur son emplacement original.

Les oeuvres de Jean Laborde en photo
La maison de Jean Laborde Le fourneau Le four à cementer